CHRONIQUES CHANGOLOS

pour te tenir au courant del rio Chango

dimanche, septembre 28, 2003

24 SEPTEMBRE - Café du Palais à Sherbrooke 

Jour de malchance pour ma pomme, car ma guitare de rue est perdue dans la ronde de lait pour la valse au matos: un peu vedgos quand c'est muy temprano pour les changolos ... À part ça la ride est plaisante avec "Ghana soundz" in da mix ... Kaya nous chatouille les narines et l'esprit et Rico de belles shuriken discussives: on sound checke à la roots, la van frite nous rejoignant presque à l'heure du souper au resto en haut des marches: epas gastro cheapos mais bien arrosé et mélopées dérangeant les notables ... sans plaider coupables on paye la note et on se prépare pour la bamboula: c'est notre premier show avec Didace Kickass, el matador gaucho: Anit est revenu sans frime de la trimme et on est bien contents de lui voir la trombine ... C'est notre troisième passage à Sherbrooke et on a bien l'intention de faire rocker la casbah: les appaches sont là et pas mal de jolies squaws itou ... Deux sets à donf ' zerbia pura pura yaman dub a bud stylee: il y a des pains chez les p'tits nouveaux, David Le Pineux est de retour parmi nous avec son sonido caliente que te mata la goussa de l'Estria et la onda chango est irié tonight avec Funky Francky le panda halluciné aux claviers et à l'accorde-moi-donc depuis qq shows et ça fait du bien de regouter au miel de l'alegria ... Sunugal is in da house en la personne de Taki, un vieux pote percussionniste et ça chauffe pendant l'after brozeur ... Viva el Kafé !!!

posted by Lundo 22:45

samedi, septembre 13, 2003

10 SEPTEMBRE - Levée de fonds au Petit Campus pour OXFAM QC 

Un soir de pleine Lune magique, je m'en souviens encore; et le premier show en l'absence de mi amorcita trop ronde pour continuer le circus chango ... Je rejoignais Pape, un frêre du Sénégal pour aller écouter Youssou 'N' Dour, un des plus grands griots de l'Afrique, au Métropolis, plein à craquer mais trop petit pour la grandeur de sa musique ...
En apesanteur, je quittais la rue Sainte Catherine pour me rendre jusqu'au Carré Saint Louis par les ruelles: je croise Kuba puis Anit et prends quelques instants pour contempler la Lune avant le tourbillon: Syncop a cartonné et Dobacaracol termine leur set avec beaucoup de chaleur ... La salle est bien remplie, surtout pour un lundi soir: je me change en vitesse, nous faisons le cercle et c'est tipar: "Paramatman" pour ouvrir, avec de longues et de belles impros ... Marylin dont c'est le premier show et Caracol qui remplace un temps la princesse por soulager la fin de sa grossesse ... Suit "Mystic man" et "La vida es dura": le public est étrange, tout comme la onda sur scène: nous ne sommes pas un band ce soir là mais un ensemble d'entités musicales hétérogènes: je ressens comme une difficulté à m'envoler tant la densité et les tensions humaines sont fortes ... Nous terminons ce set avec "Otro mundo", graine d'espoir et d'intuition: ce sera le dernier show de Val et de Miguel à nos côtés et c'est tant mieux: il est grand temps de faire du ménage dans la famille et de continuer à solidifier la beauté du travail et par la même caller des âmes uniques mais proche de notre vibe ... La pression redescend, on range le matos et on s'en tape quelques unes à l'Esco avec les Daltons ...
Yaman !

posted by Lundo 16:44

jeudi, septembre 04, 2003

28 AOUT (Sept-Îles), 30 AOUT (Rimouski), 31 AOUT (Crapet Soleil à l'Île aux coudres)  

Nous partîmes bille en tête et sur le fuseau chango comme à l'accoutumée, au grand dam des amoureux de la ponctualité,pourtant peu nombreux au sein de la smala ... Rendez -vous dans Saint-Henri devant la casa de Miguel:rires un brin forcés pour certains,pow wow tendu, annonciateurs des tempêtes à venir:Claudanie s'était marié quelques jours auparavant sans nous convier -nos meilleurs voeux en passant !-, Jacques jouait au nerd rivé sur son laptop, quant à Miguel et Catwoman, ils filaient le parfait amour un peu dans leur bulle -et c'est tant mieux!- ... Da unity in da community n'était donc pas à son plus fort,ce qui arrive cycliquement dans de gros collectifs ... "Brigadistak Sound System" de Fermin Muguruza à donf ' dans la van, pour une route magnifique mais interminable jusqu'à la Côte Nord, terres de JF Thibault, feu tromboniste égaré à Las Végas et de notre féline calviériste aux accents hystériques ...
Mes souvenirs de cette veille de show sont dans les brumes des moments tièdes: le tableau de "l'huitre et de la murène", au contenu fort érotique, le lendemain midi dans un troquet cher et moyen, mis comme un peu d'humour sur les tensions latentes: une promenade sur les quais, près de l'eau, fut très apaisante comme nos singeries dans le parc pour enfants où Tao trouva le moyen de se pogner avec un môme de son age ...
Montage fluide et sans histoire, traitement VIP notoire et salle de spectacle au confort et à l'acoustique tout bonnement exceptionnelle: le show malgré la onda fut hautement inspiré:les esprits des abuelos amérindiens étaient parmi nous presque plus que le public épars dans cette immense salle vide: faute de promo pour certains, week-end difficile pour d'autres un grand merci en passant à la famille Cormier de s'être déplacée en si grand nombre pour sauver le flop ! Quant à notre passage en mâtinée au Cégep du coin,pour deux tounes à l'arrache au dernier moment, il n'eut pas le résultat escompté: une mention spéciale cependant à Ben et Charlot, les corsaires rastas, d'avoir sauvé la mise et la chemise d'Anit, perdu sur la route avec son gear et son maigre pouce ... L'after fut en fait plus mémorable encore que la perfo pour marquer les lieux: conversations psylosophiques sur fond de grosse bièwe locale en happy hour permanente, parties de pool décalées, simiesques danses viriles sur de la techno pourrie et pour finir du Beastie Boys acoustique hors de la boite pendant que Ben essayait de se ramasser une petite ce qui nous valu un contrôle policier qui donna une petite frayeur à Lauzion notre humble chauffeur passablement chaud ... ça s'est terminé en descente de mini bar "babylon fightin'" version jusqu'au time out ...
Le lendemain matin, petit déj' rootsy stylee, signature d'assiette et c'est la que le clash commence: les fêtards tardifs sur l'horaire mettent en péril le sérieux de l'affaire et font louper le bateau à l'éconoline qui lui était à l'heure: trahison ! Mutinerie ! Le loup est dans la bergerie ! L'heure est grave et le capitan un cave !
Arrivés sur l'autre rive du fleuve après avoir échoué dans nos tentatives de bypasser les lourdeurs légales et administratives de la compagnie gérant les ferries, nous essayâmes tant bien que mal de nous arranger pour qu'ils prennent le suivant ou du moins un autre traversier: ils arrivèrent finalement en soirée, harassés et amers, et trois d'entre eux ne se joignirent pas à la fête donnée en notre honneur par la nouvelle belle famille de notre cher Gonzales: une orgie de bonne chair, de bons vins, de mots d'esprits et de musique comme il s'en fait trop peu dans une vie: "la grande bouffe", quoi, mais sans le suicide à la fin !!!

Le montage en après midi pour le Festijazz sera re-lou et à plus d'un titre: gymnase qui sonne le cul, équipe technique à la con, excuses diplomatiques et crottes sur le coeur: sur scène, le soir, ça sonne le plomb, malgré l'entente collective excecrable: près de 500 personnes sont présentes,l e coeur et la rage se mêlent dans une partition folle malgré les putains de problème de son: deux rappels et bang ! merci bonsoir et la gang à + tard chus plus capable de vous sentir à soir ... Au matin chacun dans son coin et avec son bout d' pain: café triste avant le dernier tour de piste, via l'île aux coudres chez Dan et Carolane du Crapet Soleil, un caf ' conc' comme il s'en fait pu: tout sera à l'arrache pour cet ultime beer bash qui n'sera pas sans tâches: on sound-checke devant public, c'est full packed, c'est hystérique, y'a même présents des helvétiques qui étaient à notre show historique -à Lausanne cet été,au Festival de la Cité ! - Le premier set est bon, ça bouge mais rendu au deuxième je vois rouge et TILT ! Fin de la partie, je lance un regard assassin à Claudanie sur "Asi es el Hombre", en impro, lassé, écoeuré des hypocrisies accumulées depuis de long mois: elle quittera la scène pour ne plus y remonter et le groupe qq jours après ... Quatre ans ensemble à l'école de la sueur, des torts des deux bords, des moments super forts, je te souhaite plein de bonheur et mucho amor ...
On terminera le concert comme si de rien n'était, sans trop se faire d'illusions quand même, mais en honorant l'invitation de nos deux hôtes et des locos présents: l'after est évidemment tendu et émotionnel au fond mais resserre les liens de la smala ... Claudanie partira au petit matin sans rien dire et nous ferons de même après un brunch pow wow sur notre avenir: Miguel et Val suivront la valse du changement peu de temps après cette éprouvante tournée, idem pour Kuba: l'oeil du cyclone aura révélé des différences et des mentalités inconciliables malgré la petitesse des épreuves traversées: pas de mort d'homme comme on dit par chez nous mais des broutilles minantes, suffisamment pour semer la zizanie: et ça, c'est pas tellement le trip chango, n'en déplaise aux colporteurs de ragôts...
Et comme un épilogue humoristique à ce message changolo un brin mélancolique, je vous laisserai, chers changuitos,sur cette anecdote haute en couleurs de fin de tournée en rentrant sur Montréal: fatigué jusqu'à la corde, notre cher Animal à une station service mît de l'ordinaire à la place du diesel dans le camion:résultat, après qq kilomêtres,il ne bougea plus ben ben après qq crachats poussifs de fumée blanche, à peu près à la hauteur de Québec: Nous avons siffonné, en vain,pour ensuite appeller les pompiers en vain, la CAA en vain, Ford, en vain car nous étions le 1er septembre, jour de la Fête du Travail ! Y-a-t-il un pire jour de l'année pour tomber en panne ? -rires- Et bien, croyez moi ou pas, je ne sais pas si la fatigue et le pot ont aidé mais personne ne s'est plaint ce soir là et nous avons vécu l'épreuve le sourire aux lêvres - photos à l'appui- ... C'est ça qu'on appelle une gang qui se tient, non ?

posted by Lundo 17:26

This page is powered by Blogger. Isn't yours?